Home / Actualités / Villeneuve-Saint-Georges dans le T12, raisons idéologiques contre raisons logiques !

Villeneuve-Saint-Georges dans le T12, raisons idéologiques contre raisons logiques !

9D6A5188cVilleneuve-Saint-Georges dans le T12, raisons idéologiques contre raisons logiques !

Le mois dernier, se sont déroulées les élections régionales marquées, pour notre ville, par une forte abstention et des votes significatifs d’une mise en demeure, quant à la « politique » menée par la municipalité.

On ne peut que déplorer que la commune ne soit pas représentée au conseil régional. Comme semble le faire la majorité municipale, croire que critiquer de façon aveugle la politique de la majorité nationale suffit à transférer des voix et de justifier de son propre immobilisme, relève de l’utopie. Villeneuve arrive en tête des résultats des votes en faveur du FN. Chaque élection est un avertissement, une sonnette d’alarme qui se déclenche pour indiquer qu’il est temps de prendre en considération la demande des habitants. Chaque élection nous rapproche de l’inévitable. Il est urgent d’agir.

La récente mise en 5378141_a0c86134-a18c-11e5-aa24-00151780182c-1-preview_545x460_autocropplace des conseils de territoire doit permettre de dépasser les clivages partisans et de mener une vraie politique dynamique de réveil et de sursaut. Nos administrés attendent. Je reste convaincu que dans le cadre de la création de la Métropole du Grand Paris, la décision d’intégrer le T12 (territoire assimilé au grand Orly) n’est pas la solution idéale pour l’avenir de notre ville, notamment pour des raisons politiques, du fait qu’elle donne une majorité PCF pour sa gouvernance.

Voici donc une liste de propositions qui pourraient être reprises par ceux qui sont mandatés pour représenter les Villeneuvois. Elles s’articulent autour de 3 axes principaux : Urbanisme et logement, Transport, et Environnement.

Concernvilleneuveant le premier de ces thèmes, la majorité municipale n’a pas anticipé les réformes déjà décidées par  la MGP, au niveau de la création des territoires, et de leur compétences qui leur sont associées, en voulant réviser le PLU. Cette procédure d’urbanisme en cours est compromise à la date du 1er janvier 2016. Le projet est aujourd’hui dans l’impasse, à l’image de l’école des poètes, de la passerelle de la place Berlioz, et comme la suite donnée à l’enquête publique de l’ORI… Aujourd’hui le projet de révision du PLU devra répondre aux critères des PLUI (Plan Local Urbanisme Intercommunal) dont les caractéristiques seront définies par décision du territoire.

 

Il faudrait être pragmatique. Des propositions intercommunales concrètes doivent répondre directement et collectivement aux besoins des habitants et aux enjeux actuels, notamment en ce qui concerne :

  • les exigences en assainissement, avec le SYAGE implanté à Montgeron,
  • la demande en eau potable avec la Lyonnaise de Eaux, à Vigneux sur Seine,
  • le développement des transports en commun avec  la présence de TRANSDEV, à Brunoy,
  • l’existence d’une aire d’accueil des gens de voyage à Crosne/Villeneuve,
  • la présence de la société SATELEC, chargée de la maintenance de l’éclairage public,
  • la qualité de l’offre délivrée sur le RER D,
  • l’aménagement de la rivière et du ru d’Oly, dans le cadre de la révision du SDAGE,
  • le maintien des activités du CHI.

Il faudrait exprimer plus de cohérence et de visibilité à toutes ses prestations, et définir très rapidement un schéma directeur d’aménagement avec les villes et la communauté d’agglomération du Val d’ Yerres, tout en prenant en compte tous les enjeux.

En plus des territoires, des alliances avec les communes voisines et les EPCI sont indispensables pour le développement. La recherche d’un nouveau trajet pour la ligne J2,  avec la fermeture au trafic montant de la rue des Fusillés, a révélé ce besoin. En effet les villes voisines se sont opposées clairement à leur traversée, et qui a entraîné de nombreuses difficultés pour la desserte des habitants du Plateau.

Dans le domaine des transports, je défendrai

  • l’ouverture d’une desserte routière en Transport Collectif pour les quartiers du BlImage-de-mon-article_image_articleandin et de Belleplace ; les habitants du sud de la ville attendent toujours la création d’une ligne d’autobus, promise par Mme le maire lors des élections municipales de mars 2014. Cet axe permettrait de raccorder au centre ville cette partie abandonnée de notre territoire, où il n’y a aucun service public, même pas une boulangerie…
  • La création d’un pôle intermodal

La dispersion des arrêts des autobus, sur le parc de stationnement de la Poste, rue Henri Dunant, devant l’hôtel de ville, sur la place Pierre Sémard, et enfin devant la gare RER incite à réfléchir à la construction d’un pôle intermodal. La circulation continue des autobus autour de l’établissement SNCF, et les demi-tours effectués à cet endroit paralysent la circulation routière et génèrent d’autant plus de pollution. Cette nuisance est devenue le quotidien des habitants du centre ville, la semaine comme le week-end, s’aggravant d’année en année. La création du pole intermodal devient urgente : il faut se souvenir qu’étude détaillée a été réalisée en 2002, à la demande du Conseil Régional, suite à l’intervention de M. Knopfer, maire adjoint,

Son emprise est déjà prévue dans le PLU actuel, toujours en vigueur jusqu’à une éventuelle approbation de sa révision. De nombreux élus sont favorables à ce projet présenté publiquement lors de la séance de l’assemblée communale du 1er juillet 2004, y compris Mme le Maire (elle était alors adjointe).

Les avantages sont nombreux :

– fluidification de la circulation sur la RN et sur les rues adjacentes,

– diminution de la pollution atmosphérique et du bruit,

– réduction du taux d’occupation de la voirie du centre ville,

– meilleur confort pour les usagers des TC, la zone d’accueil étant salubre,

– le parc de la gare sert actuellement aux automobilistes des villes voisines (Crosne, Montgeron), qui  pourraient stationner à Vigneux sur Seine, et diminuer par la même occasion la circulation dans notre ville,

– la correspondance entre différentes lignes des autobus serait améliorée, comme par exemple entre les lignes A et L, et 3 et K,

– la réinstallation de la station de taxis dans un lieu convivial et moins dangereux.

Toujours dans le domaine des transports, mon dernier projet consiste à réaliser une étude de marché sur la réouverture de la ligne de chemin de fer reliant Boissy-Saint-Léger à Brie Comte Robert. Elle répond, semble-t-il, à un besoin de desserte des habitants du plateau de Brie, comme les derniers événements locaux nous le montrent. Et bientôt, avec le développement du quartier du Plateau villeneuvois, il y a dès maintenant obligation de créer de nouvelles lignes de TC vers et depuis cette partie de la commune.

Les emprises au sol de cette ligne dite des roses existent déjà à 80%. Sa réhabilitation permettrait aussi d’assurer un trafic local de wagons, diminuant d’autant la circulation routière.

Les trains Transilien desserviront par ailleurs les villes de Créteil, Saint Maur, et Boissy-Saint- Léger, et offriront donc une connexion directe avec la ligne du RER A. Avec « l’abandon » du T11 au profit du T12, la question de l’avenir incertain du projet Téléval dans notre commune se pose.

Concernant l’Environnement, il faudrait s’investir pour prévenir l’apparition de certaines maladies, en faisant réaliser une étude épidémiologique pour les riverains de RN6 : le diagnostic devra porter (adultes et enfants) sur l’asthme, les pathologies ophtalmique et acoustique, e20150612_185839t sur les autres conséquences liées à la présence de particules et de dioxyde d’azote dans l’air. Et aussi sur le risque cancer.

Il faudrait prendre en compte le concept d’exposome, correspondant aux effets de l’ensemble des pollutions imposées durant toute sa vie à un individu. Et donc son impact néfaste pour sa santé. L’exposome est un terme qui a été défini dans le PRSE et dans la loi dite Touraine de juillet 2015. Les habitants de notre commune subissent de nombreuses nuisances qui engendrent de fâcheuses difficultés, entre autre respiratoire chez nos enfants, et des séquelles que nous ne sommes pas encore en mesure d’évaluer. Surtout pour ceux de nos concitoyens qui sont domiciliés le long de la route nationale, où les concentrations en particules et en oxyde d’azote dans l’air sont très élevées. Les élus locaux doivent impérativement lire le rapport de 2009 d’AIRPARIF relatif à notre commune, ainsi que la publication du Sénat de juillet 2015.

 

About admin

Scroll To Top