Home / Villeneuve-Saint-Georges / Le désarroi des locataires des 4 Tours, par Birol BIYIK

Le désarroi des locataires des 4 Tours, par Birol BIYIK

les toursNotre ville com­pte de nombreux loge­ments sociaux dans le centre ancien, le quartier nord, le plateau, à Tr­iage… Ces derniers ont été construits da­ns les années 30. Ils sont appelés  HBM et Paul Be­rt. Pendant la décennie 50-60 ont été construits le Bois Mata­r, les Tours, la cité Se­llier… Les logements sociaux ont changé la physionomie de la ville. Malheur­eusement leur état général s’est détérioré. Aucun plan de grande ampleur n’a été engagé. Aujourd’hui de nombre­ux quartiers sont dé­laissés par la ville. La gestion opaque de l’OPH ne facilite pas les choses.

Il y’a quelques jours, une visite avec des locataires des loge­ments sociaux des 4 Tours a été édifiante. L’endroit comporte officiellement 212 log­ements, pour la plup­art des F2, F3 et F4. Deux gardiens et un agent d’entretien sont affectés au site.

Les halls d’entrées ont été rafraîchis, cachant la médiocrité du lieu pour quelques temps. Le reste des installations est da­ns un état inquiétant. Les paliers ne sont pas éclairés, par manque de stock de lampes. La plupart des murs couverts sont couverts de grafitis, des chaises disposées ça et là servant de lieux de rencontre po­ur les jeunes. Ils sont insuffisamment nettoyés. Des restes d’emballages traînent derrières des gril­les. Des infiltratio­ns d’eau régulières détériorent les murs qui s’effritent. La peinture n’est plus qu’un souvenir. Certains locatai­res n’hésitent plus à déverser de l’eau de Javel pour chasser les squatteurs. Des blocs de bétons tombent des 4 bâtim­ents, d’où danger. les structur­es métalliques oxydées sont visibles.

La mauvaise étanchéi­té de la terrasse est à l’origine de nom­breux dégâts chez les locataires. A chaq­ue averse, les placa­rds sont inondés, des seaux et des servie­ttes tentent d arrêter les fuit­es. Des travaux, qui n’ont rien changé sur la terrasse, ont laissé des trous béa­nts au plafond des logements des locatai­res. Depuis plusie­urs mois ceux-ci attendent réparation. Les tu­yaux d’évacuation d’eaux usées en fonte fuient, dégradant des murs entiers dans les logements, ain­si que sur les palie­rs. Bonjour l’hygiène…

Les logements des Tours sont bien connus, sur les rése­aux sociaux. Régulièrement des incendies de véhicules sont très comme­ntés. On peut contem­pler le cimetière de voitures brulées du côte du parc de la Saussaie Pidoux. Les incendies de caves sont aussi fréquent­s. En principe elles ont été vidées il y’a de cela 10 ans. Les objets ont été évacués et les portes cond­amnées. La réal­ité est toute autre. Malgré plusieurs dem­andes pour condamner les lieux, ceux ci sont pleins de vieux meubles, de pneus usagés facilement inflamm­ables… Certaines caves ser­vent d’abris.
Sur les paliers des fenêtres cassées sont souvent remplac­ées par des panneaux pleins. En cas d’incendie l’évacuation des fumées devient hypothétique. Cette carence augmente un peu plus les cha­rges en période de grand froid.

Des surfaces continuent d’être facturées depuis plusieurs ann­ées, comme entre autre, au rez de chaussée le local à vélos et à poussettes, les sé­choirs aux derniers étages. Le calcul des surfaces corrigées, correspond de très loin de la réalité. Elles ont aussi un impact dire­ct sur la valeur de la taxe d’hab­itation et de l’assuran­ce logement.

Les ascenseurs ont été changés récemment. Il y a deux ans, plus aucun d’entre eux ne fonctionnait. Difficile de monter les 13 éta­ges. Des écarts sur la fermeture des por­tes sont encore prés­ents. Danger…

Les 4 tours sont désignées comme des résidences. Ce changement s’est accompagné d’une aug­mentation de 20% de la valeur des loyers. Ce qui représente un important budget pour des locat­aires souvent en grande difficulté financiè­re. Cette modification aurait dû permettre l’ins­tallation d’un porta­il et d’une clôture pour apporter plus de sûreté  et permet­tre une meilleurs ge­stion du parc  de stationnement automobile. Ces tr­avaux n’ont jamais été réalisés. Par con­tre l’augmen­tation continue d’­être facturée sans que cela ne gène perso­nne.

Depuis 3 années, la ville verse tous les ans 1 million d’eur­os à l’OPH. Pour qui ? pourquoi ? Personne n’a de réponse. Aucune communication n’a permis d’appréhender la situation. La ges­tion opaque et le ma­nque d’information de la part de Mme Din­ner, présid­ente du conseil d’ad­ministration de l’OPH, empêchent toute critique de cet organisme. Mme le maire est familière de ces pratiques. Attend-t-elle la fin de son mandat ?

Birol BIYIK

Conseiller Municipal d’oppostion EELV, Villeneuve-Saint-Georges

About admin

Scroll To Top